Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/07/2012

Juillet : ailleurs dans le monde ... (suite)

 

10 jours en Ouzbékistan (suite)

***

L'environnement est le point noir du pays

Pendant leur domination, les soviétiques, décident de faire dans ces régions désertiques,

la culture intensive du coton,

culture polluante et qui demande beaucoup d'eau.

(Le coton a besoin d'être arrosé au minimum, 120 jours pendant sa croissance.)

Insecticides, pesticides à base d'arsenic, ont pollué les sols de façon durable.

Pompages, barrages, déviations sont faits à outrance,

sur les deux grands fleuves, qui alimentaient la Mer d'Aral,

le Syr Darya et l'Amou Darya (aussi bien en Ouzbékistan que dans les républiques voisines).

L'Ouzbékistan devient le premier producteur et exportateur de coton de l'URSS.

Mais à quel prix ?

***

La Mer d'Aral : une lente agonie

 

Aral 1.jpgAral 2 bis.jpg

Elle a commencé à régresser en 1960.

La salinité de l'eau a augmenté, détruisant la faune et la flore aquatiques.

L'eau est quatre fois plus salée.

Les 24 espèces de poissons ont disparu.

Sans la flore, rien ne fait plus barrage aux vents chargés de sable et de sel,

rendant les sols impropres à toute culture. 

Les fleuves sont saturés de pesticides et d'engrais ce qui fragilise la population.

Mouniak, le plus grand port de la mer d'Aral, 

se trouve aujourd'hui au milieu des terres.

Le paysage n'est plus que mares stagnantes, usines désaffectées,

épaves de bateaux rouillés, à plus de 150 Km du littoral.

Le désert s'est étendu de 30%.

Les dégâts sont irréversibles.

***

Aujourd'hui, c'est un véritable défi que s'est lancé l'Ouzbékistan !

Diversifier son agriculture, remplacer les plantations de coton par du blé,

trouver d'autres ressources économiques (ils ont des réserves de gaz énormes) ...

Mais ce changement ne peut être que progressif,

pour éviter l'effondrement de l'économie du pays.

***

La Mer d'Aral faisait vivre plus de 10 000 pêcheurs, le poisson était varié et abondant.

Mais ça, c'était avant !!!

***

 

 

30/07/2012

Juillet : ailleurs dans le monde ... Samarcande

 Boukhara, Samarcande,

la suite du voyage. 

Route.jpg 

***

Samarcande

Inscrite au patrimoine mondial et déclarée "Carrefour des cultures" par l'UNESCO.

***

Nous arrivons à la tombée de la nuit,

et aussitôt les valises posées à l'hôtel,

nous partons visiter la ville, de nuit, et voir les illuminations des monuments.

D'abord le Gour Emir

C'est le tombeau de Tamerlan, de ses enfants et petits-enfants.

Il est coiffé d'une magnifique coupole bleu vif.

Il a servi de modèle pour d'autres mausolées comme le Taj Mahal en Inde.

 DSC05585.JPGDSC05586.JPGDSC03930.JPGDSC00883.JPGPapier.jpg

 Tous les reliefs intérieurs sont faits de papier mâché doré.

***

Ensuite la Place du Reghistan,

entourée de ses trois madrasas.

 DSC05594.JPGDSC05596.JPGDSC05597 2.JPGDSC00867.JPGDSC05598.JPG

De jour c'est beau aussi ! 

 DSC05607.JPGDSC03935.JPGDSC05608.JPGDSC05652.JPGDSC03943.JPGDSC05623.JPGDSC00889.JPGIntérieurs.jpg

Encore des intérieurs somptueux !

 DSC05650.JPGDSC05646.JPG

Encore des madrasas avec des échoppes d'artisans !

Coupoles.jpg

Et toujours des coupoles !

***

La Nécropole de Shah-I-Zinda 

Située sur une colline, un peu à l'écart du centre ville,

cette nécropole est une suite de mausolées,

où sont enterrés les autres membres de la famille de Tamerlan,

et quelques fidèles compagnons.

Ces mausolées ont été construits, au fur et à mesure des décés,

ce qui montre un échantillonage de l'art de la céramique.

Céramiques émaillées et sculptées, briques vernissées,

calligraphies en arabe et en persan, 

dessins floraux et géométriques,

tous les portails des mausolées sont richement décorés.

***

DSC05691.JPG

Vue d'ensemble de la nécropole

DSC00940.JPG
 
D'abord, il faut monter les 40 marches de "l'Escalier du Paradis".

DSC03957.JPG

Les mausolées sont construits de chaque côté d'une rue en pente.

Nécropole.jpg

Intérieur, extérieur, tout était en restauration, quand nous l'avons visitée.

DSC03964.JPG

 Les outils des artisans locaux sont rudimentaires :

ici, une feuille de papier sert de mesure pour l'espacement des briques.

DSC05694.JPGDSC03965 2.JPGDSC05714.JPGDSC00927.JPGDSC05695.JPGDSC05725.JPG

Un peintre, fier de son travail.

DSC00938.JPG

 Nous redescendons "l'Escalier du Paradis"...

Samarcande, c'est fini !

***

Vie quotidienne

Femmes.jpg

Silhouette slave ou européenne,

Turban turc ou casquette de rappeur ...

 en Ouzbékistan, le "traditionnel" et le "moderne" se côtaient tous les jours.

Hommes.jpg

 Seuls les écoliers et les étudiants ont un uniforme,

 ceux des petites filles sont particulièrement beaux, avec broderies et dentelles.

A l'école, aucun signe d'ethnie ou de religion.

L'enseignement est gratuit, obligatoire et laïque jusqu'à l'université, pour tous, garçons et filles.

Seulement 0,06% de la population est analphabète.

***

Portrait idyllique ?

Oui, mais ...

La suite demain.

 

 

29/07/2012

Juillet : ailleurs dans le monde ... Boukhara

Boukhara

***

Tout le centre historique (140 monuments),

est inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Mosquées, Madrasas (écoles coraniques), Mausolées ... 

tous les bâtiments sont restaurés et régulièrement entretenus.

***

Le Mausolée des Samanides

Construit en l'an 900, 

c'est le tombeau d'Ismaël 1er

Samanides bis.jpg

 ***

 Le Tchor Minor (quatre minarets),

 C'était juste l'entrée d'une madrasa, construite par un riche marchand,

 tombée en ruines depuis.

 DSC03855.JPGDSC03857.JPGDSC03862.JPG

  Ici, la religion et la vigne font bon ménage.

 ***

 Tous les autres monuments sont entièrement recouverts de mosaïques ...

 DSC03838.JPGDSC03870.JPGMosaïque.jpgDSC03888.JPGDSC00828.JPG

... même le tour des coupolles, en briques vernissées de couleur turquoise.

***

Je ne vais pas vous énumérer tous les monuments de Boukhara,

d'abord, parce qu'ils sont très nombreux,

ensuite parce qu'ils se ressemblent beaucoup,

qu'ils ont des noms imprononçables pour un européen ...

Mais surtout, parce que Boukhara est une ville très agréable,

qui se visite "le nez en l'air", sans souci, sans guide ...

On trouvera toujours quelqu'un, qui avec le sourire, nous indiquera le bon chemin.

Monuments, artisans, musique dans les rues ...

à abuser sans modération !

***

Car Boukhara n'est pas une" ville musée".

Les chambres d'étudiants des écoles coraniques,

sont transformées en ateliers d'artisans,

les cours des mosquées en centre d'expositions ...

 DSC00677.JPG

Une madrasa, construite en 1622,

DSC00844.JPG

détail du portail d'entrée,

DSC05472.JPG

la cour, occupée par les artisans

installés dans les anciennes chambres d'étudiants.

Il y a même un petit bar.

DSC05474.JPG

Au fond, les coupolles en argile du marché couvert.

Marché.jpg

Remarquez les plafonds superbement décorés.

A l'intérieur, chaque alvéole abrite un artisan différent.

 car Boukhara vit de l'artisanat local :

soie, coton, bois, argile, argent, or, cuivre, turquoises ...

tout est travaillé.

***

La soie

***

DSC03900.JPG DSC03896.jpgDSC03886.JPG

Echarpes en soie produite en Ouzbékistan et teinte avec les plantes du pays.

Tissées de deux couleurs : bleu et vert, vieil or et violet, jaune et turquoise...

les fils de chaîne et les fils de trame sont de couleurs différentes,

ce qui leur donne cet effet irisé.

***

Autre spécialité de Boukhara :

les Ikats, une autre façon de tisser la soie.

- D'abord le créateur fait un dessin de la taille réelle de la future pièce :

écharpe, tapis, métrages de tissus.

- Les fils de chaîne sont teints avant tissage, selon le motif du créateur.

- Le tissage se fait normalement.

Ikat.jpg

La vidéo qui suit, n'a rien à voir avec l'Ouzbékistan,

mais elle explique très bien, la fabrication d'un ikat.


http://www.youtube.com/watch?v=vfa7srYWo4s&feature=related

***

Les suzanis

***

C'est ainsi qu'ils appellent leurs broderies traditionnelles :

tentures, tapis, vêtements, tout est brodé à la main.

Suzani.jpg

Le bois sculpté :

assiettes, vases, mais aussi portes des maisons et des mosquées.

DSC03912.JPG

l'argile :

vaisselle, mais aussi miniatures,

comme ces jeux d'échecs aux personnages minutieusement décorés ...

Vaisselle.jpgEchecs.jpg

Trois jours à Boukhara, et nous partons pour Samarcande 

***