Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/10/2012

Cinq araignées des garrigues

Souvenez-vous de cette devinette !

Des bébés araignées !!!

 DSC02141.JPGDSC02115.JPGDSC02113.JPG

Certainement ceux d'une Épeire diadème.

***

Mais il y a bien d'autres araignées en garrigue.

En voici 5, trouvées au hasard de mes promenades.

***

L'Épeire fasciée (Argiope bruennichi)

 DSC08617.JPG

La plus éclatante !

DSC05006.JPG

Vue de dessus.

DSC05014.JPG

Et de dessous. 

Magnifique araignée, grande (jusqu'à 2,5 cm), très colorée.

Avec son abdomen jaune vif rayé de noir, elle signale la toxicité de son venin, 

à d'éventuels prédateurs.

Ici, elle s'est installée, entre des yuccas et un petit genévrier rampant.

Sa toile est très fine et très irrégulière et comporte toujours un grand zigzag de soie blanche,

qui consolide le tout.

Cette toile peut résister ainsi aux sauterelles et autres criquets, sa nourriture habituelle.

Comme les mantes religieuses, après l'accouplement, elle mange le mâle.

***

L'Argiope lobée (Argiope lobata)

 DSC00481.JPGDSC00482.JPGDSC00059.JPGDSC00492.JPGDSC09526.JPGDSC09528.JPG

Très caractéristique par la forme de son abdomen festonné,

elle mesure à peu près 2 cm.

Le mâle est beaucoup plus petit (à peine 6 à 8 mm), et son abdomen n'a pas de festons.

Comme la précédente, elle construit une toile irrégulière,

fermée par un grand zigzag de soie blanche,

que l'on voit bien sur la deuxième photo.

La toile est grande et refaite toutes les nuits.

Il lui faut trois heures pour la tisser.

***

 La Grande Épeire (Araneuus grossus)

DSC01605.jpg

La plus lourde !

Les fils de sa toile sont très résistants.

Ici, elle construit sa toile entre un cyprès et un massif de cistes,

séparés d'un bon mètre, barrant ainsi le chemin.

C'est d'ailleurs, en passant dans ce chemin, que je me suis accrochée dans la toile,

et que j'ai remarqué l'araignée.

 ***

L'Épeire diadème (Araneus diadematus) 

DSC05025.JPGDSC05028.JPGDSC05031.JPG

Reconnaissable au dessin en forme de croix blanche de son abdomen,

on la trouve dans les jardins, les haies ...

Elle construit une grande toile, refaite tous les matins.

 ***

La petite Épeire de velours (Agalenatea redii)

DSC02591.JPG

7 à 8 mm pour la femelle, 4 à 5 pour le mâle,

cette petite araignée est toute recouverte de poils, de couleur beige et marron.

C'est une araignée "appliquée" qui construit une toile de forme régulière, bien verticale.

Ce jour là, elle profitait du soleil au centre de sa toile.

mais si la pluie abime sa toile, elle la démonte et la reconstruit dès le premier rayon de soleil.

Elle aime les pelouses sèches et ensoleillées.

***

à suivre ...

 

30/09/2012

Septembre : ailleurs dans le monde, Madagascar, les îles

Arrivée sur l'île de Nosy Be :

"des plages et des fleurs".

***

L'ambiance est différente, détendue,

ici, les habitants vivent du tourisme :

les pêcheurs, les agriculteurs, vendent leurs produits aux hôtels,

hôtels décorés avec l'artisanat local,

les jeunes sont guides, cuisiniers, jardiniers ou chauffeurs ...

voyage,madagascar

voyage,madagascar

Nosy Be est une île fleurie, rose de porcelaine, frangipaniers,

mais aussi, plantations de vanille et d'ylang-ylang qui fournissent les grands parfumeurs français.

voyage,madagascar

La capitale de l'île est très animée,

la restauration des monuments historisques, n'est pas au point ...

et, comme partout le zébu est roi.

voyage,madagascar

Il ne faut pas manquer le marché :

on y retrouve tout l'artisanat de la grande île,

avec, bien sûr les brodeuses de Nosy Be.

voyage,madagascar

Elles brodent sur place, à côté de leur stand, et quelquefois, entre deux tétées ...

voyage,madagascar

Magnifique travail !!!

voyage,madagascar

voyage,madagascar

voyage,madagascar

Une balade à l'intérieur de l'île, nous permettra de voir plusieurs espèces de caméléons,

très nombreux à Nosy Be.

voyage,madagascar

 Nosy Be, c'est fini,

Nous prenons le bateau rapide, pour l'île de Tsarabanjina, 

plus au nord, dans l'archipel des Mitsio.

voyage,madagascar

voyage,madagascar

5 jours de détente ...

voyage,madagascar

 voyage,madagascar

Cette petite île n'a rien à envier à certaines îles des Seychelles :

immenses plages, rochers, faune marine ...

voyage,madagascar

Nous partirons une journée en bateau, sur la Grande Mitsio,

voir un phénomène géologique exceptionnel :

des orgues basaltiques

voyage,madagascar

voyage,madagascar

 voyage,madagascar

Hautes de plusieurs dizaines de mètres, ces roches brunes, verticales,

et à section hexagonale, sont un phénomène tout à fait naturel.

Une plongée et nous les voyons aussi sous l'eau !

Attention, ça glisse et ça taille ...

***

Spectacle magique au coucher du soleil !!!

voyage,madagascar

voyage,madagascar

Madagascar, c'est fini !

La faune, la flore, les paysages, les sourires et les rires des Malgaches,

c'est un voyage que nous avons adoré :

Et pourtant !

C'est celui où nous avons eu le plus de problèmes ...

- A l'arrivée à Tananarive, Air France avait oublié nos bagages à Roissy ...

- La première nuit à Tananarive, il y a eu un gros tremblement de terre :

toute la ville a tremblé, des maisons se sont effondrées...

Notre chauffeur était inquiet, le lendemain matin,

mais nous, nous avions dormi comme des bébés.

- Le train pour Manakara a eu 8 heures de retard,

nous avons donc fait tout le voyage de nuit : adieu cascades, forêts en fleurs, ponts ...

- Nous n'avons pas pu voir le Parc de l'Isalo, à cause d'un gros incendie de brousse.

- Notre avion Tuléar/Morondava est tombé en panne,

et nous avons perdu une journée de voyage qu'il a fallu rattraper.

- Vu le poids de nos achats, nous n'avons pas échappé à une grosse taxe pour dépassement !

***

Avant de partir, un peu d'humour malgache !!!

 

voyage,madagascar

***

Dernier achat à l'aéroport :

deux petits cœurs en labradorite ...

voyage,madagascar

***

28/09/2012

Septembre : ailleurs dans le monde, Madagascar, l'Ouest

Souvenez-vous,

C'était à Ifaty, au bout de la RN 7

DSC02595 - copie 1.JPG

La plage, c'est fini,

demain nous prenons l'avion pour Morondava sur la côte Ouest. 

 ***

 Eh bien, non !!!

Voyages, Madagascar

Pourtant nous étions bien installés dans l'avion, nos bagages avaient bien été chargés,

mais au moment de partir, l'avion a refusé de démarrer.

"Problème de batterie", ont dit les experts !!!

Mais voilà à Tuléar, il n'y avait pas de batterie disponible ...

Il n'y avait pas d'avion non plus qui pouvait en amener une de la capitale .

Peut-être demain !!!

***

On nous a donc embarqué dans un minibus (nous étions 7 passagers),

et on nous a installés dans un hôtel de Tuléar ...

Expérience à vivre ...

le moins longtemps possible !!!

***

Le lendemain, en fin de matinée, un avion est arrivé de Tananarive avec "notre" batterie.

L'avion réparé, nous avons fait un beau vol,

avec le superbe paysage d'une côte uniquement accessible en pirogue.

***

Arrivés à Morondava, nous nous installons au Baobab Café, 

magnifique petit hôtel qui met en valeur l'artisanat local :

baobabs en fer, bois sculptés, broderies,

et merveilleuse cuisine.

Voyages, Madagascar

5 Km après l'hôtel, nous sommes sur "l'allée des baobabs".

Voyages, Madagascar

Il exite 8 espèces de baobabs dans le monde :

- Une en Afrique,

- Une en Australie,

- Les 6 autres se trouvent à Madagascar.

Ici l'Adansonia grandidieri, qui mesure 30 à 40 m de haut,

avec un tronc de 3m de diamètre.

Impressionant !

Voyages, Madagascar

Les fruits du baobab sont comestibles :

riches en vitamine B1, C, et calcium, ils sont très utiles à la population.

Avec la pulpe mélangée à l'eau, ils fabriquent une boisson rafraîchissante .

Nous en avions goûté au Sénégal, mais gare aux problèmes gastriques !!!

 :Voyages, MadagascarVoyages, MadagascarVoyages, Madagascar

C'est fou le nombre de personnes qui se promènent sous les baobabs ...

Voyages, Madagascar

Voici le Baobab Amoureux !

Adansonia rubrostipa avec son tronc en forme de bouteille.

Les autres espèces vivent dans d'autres régions.

***

voyages,madagascar

La piste de sable n'est pas si mauvaise,

elle a même un semblant de piste cyclable ...

voyages,madagascar

Et notre chauffeur Yaya (étudiant en droit le reste de l'année),

conduit comme un chef

et pourrait faire le "Paris/Dakar" sans problème.

voyages,madagascar

Mais, très vite, cela se gâte : sable mou, crevasses...

Et ce qui devait arriver ... arriva !

voyages,madagascar

Un gros camion s'est ensablé.

Tout le monde aide comme il peut.

Car ici, la solidarité est obligatoire, au risque de passer la nuit à la belle étoile ...

Yaya est inquiet, car c'est la zone des voleurs de zébus ...

voyages,madagascar

Après une bonne heure de travail, nous pouvons repartir.

Nous traversons des petits villages tranquilles,

où tout le monde nous envoie de grands bonjours.

voyages,madagascar

Non ! Non ! Elle ne se rend pas à un mariage,

c'est sa coiffure de tous les jours.

voyages,madagascarvoyages,madagascar

A Madagascar, quand un habitant a besoin d'argent, pour construire sa maison,

il peut demander "un droit de passage".

Ils appellent cela une "barrière économique".

On s'arrête, on paie, et on peut passer.

Il fallait oser !!!


voyages,madagascar

Nous rencontrons des troupeaux de zébus, signe de richesse à Madagascar,

mais nous ne nous arrêtons pas car nous devons traverser la rivière Tsiribihina,

et l'heure du dernier bac approche.voyages,madagascar

Ce soir, nous dormirons au Camp Croco, sur la rive de la rivière Manambolo : 

ici pas d'hôtel, mais des toiles de tentes sympas, des toilettes, des douches,

et un bon cuisinier.

Il paraît q'il y a des crocodiles dans la rivière, mais nous n'en avons pas vus.

voyages,madagascar

Le lendemain matin, nous devons traverser la rivière Manambolo.

Encore un bac !

Yaya, n'est pas inquiet.

nous on a préféré descendre de la voiture ...

voyages,madagascar

Grande balade en pirogue sur la rivière : rochers rongés par l'eau, oiseaux, chauve-souris ...

Mais pas de crocodile !


 voyages,madagascar

Ensuite, traversée des "Tsingys de Bemaraha",

avec un guide diplômé, car on peut facilement se perdre dans les failles des rochers.

Un vrai labyrinthe !

Réserve intégrale et parc national, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO,

ce massif s'est formé grâce à l'action de l'eau :

- eaux de la rivière, qui ont creusé des cavités et des canyons souterrains,

- eaux des pluies de mousson, qui ont provoqué une érosion des sommets.

Cela donne un massif déchiqueté, à parcourir avec de bonnes chaussures.

voyages,madagascar

Cela commence comme une "gentille" promenade.

Mais curieusement, au lieu de monter, on s'enfonce sous les rochers.

voyages,madagascar

Et là, au fond d'une grotte, une échelle !

Suivre le guide, ne pas le perdre de vue, et monter, monter ...voyages,madagascarvoyages,madagascarvoyages,madagascarvoyages,madagascar

Sous la passerelle branlante, 70 m de vide ...

Même pas peur !

voyages,madagascar

Du haut du belvédère, des rochers noirs, aiguisés, brûlants et des trous profonds.

voyages,madagascar

Seules les plantes de Jatrophas (euphorbiacées) résistent dans ce milieu hostile.

voyages,madagascar

6 heures de marche, d'escalade, d'échelles, de passerelles, de via ferrata,

par 50°C à l'ombre !

(Mais où est l'ombre ?)

Souvenir inoubliable !!!

voyages,madagascarvoyages,madagascar

Pour rentrer, il faut repasser le bac.

Les passagers sont déjà installés avec leurs cartons, leurs sacs de légumes, leurs vélos.

On se serre comme on peut : certains se couchent même sous la voiture ...

voyages,madagascar

Retour au Baobab Café .

Demain, nous partons dans les îles ...

Enfin, si les avions veulent bien voler ...

***