Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/02/2013

Le nom des plantes (suite et fin)

Dans mes dernières notes, je vous vous ai montré les difficultés des botanistes,

à trouver une classification logique des végétaux.

Depuis le travail de Leonhart Fuchs, 

il s'est passé 200 ans sans qu'aucun ne trouve la bonne solution.

Toutes les classifications proposées sont basées sur des ressemblances physiques,

utilitaires ou regroupées selon leur habitat.

***

Carl von Linné

***

Botaniste suédois né en 1707. 

Il fait d'abord des études de médecine,

mais se passionne pour la botanique.

C'est à Uppsala (Suède), qu'il commence à concevoir sa classification des plantes,

 basée sur les organes reproducteurs et les fructifications.

Il publiera "Systema Naturea" (les systèmes de la nature),

où il présente les minéraux, les animaux et les végétaux.

Concernant uniquement la botanique,

il publiera "Species plantarum" (les espèces de plantes),

où il décrit et nomme toutes les plantes connues en Europe.

***

Sa classification des végétaux est simple mais méthodique :

- D'abord, il impose le latin, comme langue "officielle" des botanistes.

car les noms courants, changent d'un pays à l'autre et même d'une région à l'autre.

De nos jours, cette langue de référence est toujours utilisée,

ce qui est bien pratique quand on herborise à l'étranger.

- Ensuite, il va donner à chaque plante deux noms : un pour le genre  et un pour l'espèce.

Exemple proche de chez nous :

Famille : conifères,

genre : Pinus (pin)

espèce : halepensis (d'Alep)

Le nom de l'espèce peut faire allusion à un caractère de la plante :

grandiflora (à grandes fleurs), alba  (blanc),

à son pays d'origine :

Pinus halepensis (Pin d'Alep),

Cistus monspeliensis (Ciste de Montpellier)

ou, comme on l'a vu dans mes notes précédentes,

au nom du découvreur,

mais aussi pour honorer,

ou remercier, une personne qui a joué un rôle dans la botanique.

Le premier ouvrage français utilisant cette classification,

a été le "Catalogue des espèces cultivées dans le Jardin Botanique de Montpellier".

***

Une plante qu'il aimait particulièrement, porte son nom :

 

flore,botanique

                                                                                        (Photo wikimedia)

La Linnée boréale (Linnaea borealis),

petite plante qui pousse dans les forêts de sapins de la zone boréale :

Canada, Laponie, certaines montagnes d'Europe.

Il y a quelques stations dans les Alpes où elle est rare et protégée.

***

De nos jours, la classification de Linné est toujours employée, 

même si des mises à jour interviennent fréquemment : 

 espèces, genres ou familles qui changent de nom,

nouvelles familles créées ...

***

Un exemple,

avec une famille de plantes qui poussent dans nos garrigues.

***

Famille des Cistacées

 8 à 10 genres, environ 200 espèces, surtout, sur le pourtour méditerranéen.

Caractéristiques communes :

- Arbrisseaux ou plantes herbacées souvent poilues ou velues.

- Feuilles simples souvent opposées, parfois collantes et persistantes.

- Fleurs à 5 pétales, frippés, délicats et éphémères.

- Fruits sous forme de capsules.

***

Dans les garrigues de Lédenon, j'ai trouvé trois genres :

- Les Cistes,

- les Hélianthèmes,

- Les Fumanas .

***

Les Cistes

- Arbrisseaux ou sous-arbrisseaux de 40 cm à 2 m, à fleurs grandes.

- Leurs fruits sont des capsules divisées en 5 à 10 loges.

flore

Cistus albinus : Ciste blanc ou cotonneux

Ce sont les caractères des feuilles qui donnent le nom, car les fleurs sont roses.

flore

Cistus monspeliensis  : Ciste de Montpellier

flore

Cistus salviiflorus : Ciste à feuilles de sauge

flore

Si vous vous promenez dans la région de Générac,

vous aurez peut-être la chance de voir ce ciste, assez grand, avec de grandes fleurs,

maculées de rouge sang.

Cistus ladanifer : Ciste à gomme

flore

dans la région du Vigan :

Cistus laurifolius : Ciste à feuilles de laurier 

flore

Vers l'Aude, l'Hérault, et même l'Espagne,

Cistus populifolius : Ciste à feuilles de peuplier

flore

Sur les îles de la Méditerrannée : Crète, Chypre,

Cistus parviflorus : Ciste à petites fleurs

***

Tous ces cistes poussent naturellement,

mais si vous allez chez les pépiniéristes, vous trouverez, en plus, des cistes hybrides.

 

flore

Cistus x purpureus : Ciste pourpre

flore

Cistus x purpureus "Alan Fradd" : la variété blanche du ciste pourpre

 flore

Cistus x hybridus var.corbariensis : Ciste des Corbières

flore

et le plus beau :

Cistus x aguilari

***

Les Hélianthèmes

- Sous-arbrisseaux ou herbes de 6 à 50 cm, à petites fleurs.

- Leurs fruits sont des capsules divisées en 2 ou 3 loges.

- Leurs étamines, nombreuses, sont toutes fertiles.

flore

Helianthemum apenninum : Hélianthème des Apennins

flore

Helianthemum salicifolium : hélianthème à feuilles de saule

***

Les Fumanas

Presque les mêmes caractéristiques que les Hélianthèmes,

sauf en ce qui concerne les étamines et les graines,

différences qui sont difficiles à voir à l'oeil nu.

Je n'ai trouvé qu'une seule espèce aux Garrigues Basses de Lédenon.

flore

Fumana thymifolia : Fumana à feuilles de thym

La photo du bas a été prise hier, 

(on voit bien les capsules ouvertes qui ont libéré leurs graines)

celle du haut, au printemps dernier.

(Vous remarquerez une plante de thym , en fleur juste à côté,

et c'est vrai que les feuilles se ressemblent beaucoup).

***

15/02/2013

Le nom des plantes (suite)

Et voici un autre botaniste que j'ai déjà évoqué dans les notes précédentes.


Charles Plumier

***

Moine botaniste né à Marseille en 1646.

Il étudie la botanique à Rome.

de retour en France, il herborise dans les îles d'Hyères,

en Provence et en Languedoc.

C'est aussi un excellent peintre et dessinateur,

et ses descriptions de plantes sont toujours accompagnées de planches de dessins.

Il constitue un important herbier sur notre région.

Puis, il part explorer les Antilles : Guadeloupe, Martinique, Saint-Domingue ...

Il rapporte de ses voyages des herbiers illustrés de planches,

décrivant 106 genres nouveaux qu'il baptise à son idée.

C'est lui qui prend l'habitude de donner aux genres nouveaux,

les noms des botanistes voyageurs :

Fuchsia en l'honneur de Leonhart Fuchs,

Lobelia en l'honneur de Mathias de l'Obel

(botaniste qui a produit une flore des environs de Montpellier,

et qui classe ses plantes grâce à la forme des feuilles),

et de bien d'autres dont je vous parlerai plus tard.

Il découvrira et dessinera plus de 4000 végétaux,

ce qui fera l'admiration des autres botanistes.

Quelques années après sa mort, Linné donnera son nom à un nouveau genre botanique,

d'abord appelé Plumiera, puis changé en Plumeria.

C'est le Frangipanier des Antilles.

 

flore,botaniqueflore,botanique

                                                                             (Photos prises à la Guadeloupe) 

***

Joseph Pitton de Tournefort

***

Botaniste né à Aix-en-Provence en 1656

Il étudie la médecine, puis la botanique à Montpellier.

Il voyage en Europe : Espagne, Angleterre, Hollande ...

Il en ramène un imposant herbier.

Il publiera "une méthode pour connaître les plantes".

Puis Louis XIV, l'envoie herboriser dans le Levant (Turquie, Liban, Syrie, Israël, Jordanie ...) 

et en Afrique.

Il publiera plusieurs récits de ses voyages,

parlant aussi bien de botanique, d'archéologie que d'architecture.

Il ramène 1350 plantes nouvelles de 25 genres nouveaux.

Il crée sa classification en s'appuyant :

- sur la grandeur et la consistance des tiges (herbes, arbrisseaux, arbres),

- sur la forme des fleurs et des fruits.

Charles Plumier lui dédie le genre Pittonia,

rebaptisé par Linné : Tournefortia

flore,botaniqueflore,botanique

                                                                               (Photos prises à La Réunion et en Polynésie) 

Le Veloutier : Tournefortia argentea

la plante s'appelle aujourd'hui :

Heliotropium foertherianum

 

 ***


13/02/2013

Le nom des plantes

La nature étant désespérément endormie,

j'ai choisi de vous emmener à la découverte des noms des plantes.

Rassurez-vous, je ne vais pas vous abreuver de noms latins (juste un peu !),

mais plutôt vous parler, le plus simplement possible, de l'historique de leur classification.

***

Le grand tâtonnement

***

En France, jusqu'à la fin de la guerre de 100 ans (1453),

la connaissance des plantes était très "terre à terre" :

bonnes à manger ou pas !

C'était surtout des fruits et légumes cultivés dans les jardins :

lentilles, oignons, navets, poires, raisins ...

On les connaissait toutes, par leur nom local, 

souvent différent d'une région à l'autre.

Mais comme on voyageait très peu, cela ne gênait personne.

Seuls, quelques moines connaissaient "les simples" (menthe, sauge, ortie ...)

on allait les consulter en cas de problème.

***

Avec les Croisades, arrivent d'autres fruits nouveaux : abricots, oranges, citrons ...

***

Puis, vint le temps des Grandes découvertes, et avec elles,

haricots, tomates, ananas, mangues, avocats ...

Cette abondance fascine.

Et déjà, certains chercheurs éprouvent le besoin de faire un peu de classement.

En voici quelques exemples.

***

A cette époque-là, la botanique est surtout enseignée, 

dans les facultés de médecine (dont certaines ont un petit jardin botanique),

où on apprend aux futurs médecins et apothicaires, à se servir "des simples".

Le plus ancien Jardin Botanique de France, est celui de Montpellier,

créé en 1593, intégré à l'Université de Médecine. 

Déjà, dans ce jardin, on va classer les plantes, selon leur milieu :

zone humide, lieu sec, ensoleillé, ombragé, sol sablonneux, caillouteux,

il y a même un espace pour les nouvelles plantes tropicales.

***

Léonhart Fuchs

***

 Médecin et botaniste flamand, né en 1501

Il va s'intéresser d'abord à la flore allemande,

dont il va décrire 400 espèces, en mentionnant surtout leurs vertus médicinales.

Il va tenter un premier classement, 

en s'appuyant uniquement  sur l'apparence des plantes :

fleurs, feuilles, couleurs ...

Il va ainsi créer des familles de plantes comportant plusieurs espèces.

A toutes, il donne un nom latin, langue des médecins de l'époque.

Bien que ce classement n'ait rien de scientifique,

il est considéré comme le précurseur de la classification de la flore.

Un siècle plus tard, en hommage à ses travaux,

le moine botaniste Charles Plumier (je vous en reparlerai),

baptisa du nom de "Fuchsia"  une nouvelle plante

qu'il venait de découvrir à Saint-Domingue (Haïti d'aujourd'hui)

flore,botaniqueflore,botanique

                                                                          (Photos prises sur l'île de La Réunion)

 ***

Charles de l'Écluse

(Carolus Clusius en latin)

***

Né à Arras en 1526, il fait d'abord des études de droit, puis de médecine.

Ensuite il étudie la botanique ... à Montpellier.

Passionné par la découverte de nouveaux végétaux,

il va voyager dans toute l'Europe : Espagne, Portugal, Hongrie ...

Il s'intéresse à toutes les plantes : alimentaires, médicinales, 

mais aussi, à celles qui n'ont aucune utilité connue.

Il fait vraiment un inventaire de la nature,

car il réalise un travail identique  pour la faune.

Lors de ses voyages, il obtiendra de l'Ambassadeur d'Autriche à Constantinople (Istanbul),

un bulbe de tulipe, qu'il acclimatera dans son jardin,

et qu'il fera connaître aux Hollandais avec le succés qu'on connaît encore aujourd'hui.

Il sera aussi le premier à décrire la pomme de terre, 

plus d'un siècle avant Parmentier.

Il écrira plusieurs flores et un traité sur les champignons,

tous illustrés de gravures extrêmement précises.

Dans ses flores, il classe les végétaux en grands groupes :

champignons, fougères, ombellifères, légumineuses, arbres et arbustes,

plantes comestibles, médicinales, toxiques ...

Si cette classification est encore un peu floue,

 le nombre et la précision de ses descriptions,

en font un botaniste renommé.

40 ans après sa mort, le moine botaniste Charles Plumier (encore lui !),

lui a dédié le genre Clusia de la famille des Clusiacées (famille aujourd'hui très remaniée ...)

Aujourd'hui, plusieurs espèces portent son nom, 

comme Tulipa clusiana : la tulipe de L'Écluse, tulipe sauvage,

signalée dans les vieilles flores du Gard (Coste, De Pouzolz),

espèce protégée devenue rare.

Facile à reconnaître, les pétales sont blancs et rouges,

alors que les autres tulipes sauvages sont rouges ou rouges et jaunes.

 

flore,botaniqueflore,botanique

                                                               (Photos wikipédia)

***

(à suivre ...)