Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/05/2016

Un coquelicot albinos ???

 

La photo n'est pas de moi, mais d'une fidèle lectrice du blog ...

Moi, je ne connaissais pas les coquelicots blancs ...

Vous, si ?

Alors, voici ses photos, prises entre Boucoiran et Brignon !

 

Nature, coquelicot

Nature, coquelicot

 

Etonnant, non ?

***

 

03/05/2016

La thomise et la mégère ...

Définition du dictionnaire  

Mégère : femme acariâtre et méchante, dragon, furie ...

*** 

Dans ce cas précis, la mégère n'est pas celle qu'on croit ...

 

Garrigue-faune-Papillons-Mégère

Me promenant, en garrigue, avec mon appareil photo,

j'ai été surprise de voir ce papillon,

complètement "en vrac" , les ailes sens dessus-dessous.

Garrigue-faune-Papillons-Mégère

Cette mégère (Lasiommata megera), c'est le nom du papillon,

n'était pas seule, malheureusement pour elle,

accompagnée par une Thomise (Thomisus onustus).

Garrigue-faune-Papillons-Mégère

Encore appelées "Araignées crabes",

ces petites araignées ont le pouvoir de mimétisme :

elles prennent la couleur de la fleur où elles se cachent ...

Garrigue-faune-Papillons-Mégère

Confiants, les papillons se laissent prendre.

la Thomise leur injecte son venin paralysant ... 

Et peut les déguster ... tranquille.

 

Garrigue-faune-Papillons-Mégère

Garrigue-faune-Papillons-Mégère

Garrigue-faune-Papillons-Mégère

J'ai bien essayé de le sauver en l'installant délicatement sur une pierre,

mais c'était trop tard, le mal était déjà fait.

***

Garrigue-faune-Papillons-Mégère

 

 Photo du haut :  Mégère mâle appelé le Satyre.

Photo du bas : la femelle appelée la Mégère.

Le mâle diffère de la femelle par une grande barre brun foncé,

sur le dessus des ailes antérieures.

leurs chenilles se nourrissent de différentes graminées.

 

***

Voici une autre scène, photographiée,

une autre année dans un champ de luzerne.

garrigue-faune-papillons-mégère

garrigue-faune-papillons-mégère

garrigue-faune-papillons-mégère

***

 

28/04/2016

Quand j'étais enfant ...

  

Quand j’étais enfant,

j'habitais à Quillan, dans l’Aude.

Ce n’était pas notre région, nous venions du bord de mer héraultais .

Echanger notre horizon, toujours bleu,

contre le " trou Quillanais " entouré de montagnes…

l’adaptation était difficile.

Mais travail oblige !!!

***

Nous nous sommes perdus dans les immenses forêts de sapins,

à la recherche de cèpes

et de « rousillous » (le nom local des lactaires délicieux)...

Nous n’avions jamais vu la neige …

Nous ne connaissions rien de la faune et la flore de la région ... 

 ***

 

Un jour de la fin du mois d’Avril,

l’épicière nous parle de muguet sauvage, qui poussait dans la montagne …

Non, ce n’était pas bien loin.

Oui, on pouvait en ramasser car "ce n’était à personne " …

Le 1er Mai, nous voilà partis, vers le lieu indiqué.

 

D’abord, nous n’étions pas les seuls :

toutes les familles des villages alentour,

en cueillaient,

sans retenue,

et repartaient avec des brassées de

" ce muguet sauvage qui n’était à personne " …

Nous aussi !

 

Nous n’avons pas manqué ce rendez-vous, les autres années.

***

 

Une vingtaine d’années plus tard,

venant d’acheter un terrain en pleine garrigue nîmoise

pour construire notre maison,

je m’intéressais à la flore locale :

arbres, arbustes, petites fleurs et orchidées sauvages …

petit à petit, j’apprenais à tout connaître.

 

Et là, SURPRISE !

 

Un jour,

je trouvais quelques pieds du " muguet sauvage " de mon enfance …

 

orchidées,protection

C’était une orchidée sauvage  (Cephalanthera longifolia,)

***

orchidées,protection

orchidées,protection

orchidées,protection

orchidées,protection

 

Bref, pendant des années,

nous avons contribué à la « maltraitance » systématique de cette orchidée : cueillette, mais aussi arrachage,

car certains en déterraient pour les installer dans leur jardin …

Ce n’était pas du désintérêt pour la nature (au contraire),

Ce n’était pas, non plus de la malveillance,

Non, c’était tout simplement de l’ignorance !!!

 

Combien d’espèces (animales ou végétales) disparaissent par « ignorance » ?

*** 

 

Pour protéger, il faut d’abord connaître ! 

 

Aujourd’hui, nous n’avons aucune excuse :

Associations de protection de la nature, internet, Facebook …

On peut tout savoir rapidement,

Il suffit d’un peu de curiosité …

***

  

C’est vrai , " la nature n’est à personne ",

en réalité, "elle est à tout le monde ",

c’est notre bien commun .

***