Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/11/2011

Connaissez-vous l’Ombu ?

 

   l’Ombu (Phytolacca Dioica)

 

J’avais lu dans un guide de botanique,

qu’un Ombu (arbre rare !),

avait été planté, près de la nouvelle bibliothèque,

dans le quartier de la Recoletta à Buenos Aires ...

Nous avons mis plus d’une heure à le trouver ...

Mais l’Ombu a été sacré “Arbre national” d’Argentine ... Alors !

DSC03055.JPG

 

Phytolacca : ce nom ne vous rappelle rien ?

 

Cet arbre est de la même famille que le Raisin d'Amérique

(Phytolacca americana),

vu dans ma précédente note.

Ombu, Bellombra, Bella Sombra...en réalité, n’est pas un arbre :

(pas d’écorce, pas non plus de cercles concentriques dans le bois),

mais  une herbe géante ayant l’apparence d’un arbre.

En forme de parasol, il peut atteindre 15 m de diamètre et 20 m de haut .

DSC03051.JPG

 Ses grappes florales sont identiques à celles de notre Raisin d'Amérique.

 

DSC03054.JPG

Ses racines apparentes courent sur le sol,

empêchant l'installation de toute autre plante.

Originaire de la Pampa d’Amérique du Sud,

il est apprécié des gauchos, qui trouvent là,

le seul abri contre le soleil et la pluie .

(d'où son nom local de "bella sombra", "belle ombre" en français)

Il n’a pas d’autre utilité, car son bois est trop mou et spongieux,

pour être utilisé dans la construction .

Mais dans la Pampa, on fabrique des savons avec ses cendres .

De plus, toutes ses parties étant toxiques (comme notre raisin d'Amérique),

il n’est pas, non plus, touché par les animaux (bétail, insectes, rongeurs) .

***

 Il est, en Europe, commercialisé sous fourme de bonsaï.

Son bois mou et spongieux pouvant être coupé au couteau,

il est très facile de lui donner la forme désirée.

***

Poussant très vite et faisant beaucoup d’ombre,

il est vendu dans quelques pépinières espagnoles comme arbre d’ornement .

Cependant, il faut se souvenir que l’arbre n’est rustique que jusqu’à - 4 °,

qu’il est fortement toxique...

DSC03047.JPG
... et que ses racines puissantes
doivent pouvoir se développer loin de toute tuyauterie ...
 
***
 
 
 

24/11/2011

Le raisin d'Amérique

 

Le raisin d'Amérique (Phytolacca americana)

 

A la demande d'une habitante de Lédenon, nous sommes allés voir et photographier,

cette plante de Raisin d'Amérique, qui pousse contre l'église,

dans le passage qui mène au parking.

DSC00021.JPG

  Ses feuilles sont assez grandes, et ressemblent à celles des épinards.

DSC01876.JPG

Ses grappes florales apparaissent en Avril/Mai.

DSC01879.JPG

 Ses fleurs sont blanches ...

DSC00004.jpg

... ou roses. 

DSC01872---Version-2.jpg

Elles donnent naissance à de petites baies, d'abord vertes...

DSC00011.JPG

 DSC01884.JPG

... puis rose pourpre...

DSC01883.JPG

... puis noires.

Comme vous pouvez le voir sur la photo, ses grosses tiges sont rougeâtres.

DSC00012.JPG

DSC00002.JPG

Les baies deviennent toutes ridées, à maturité, comme des raisins oubliés.

DSC00010.JPG

Les "rafles" restantes sont d'un beau rose fuschia.

C'est une grande plante herbacée très décorative, qui peut atteindre 3 m de haut.

Mais voilà !

Elle est entièrement toxique : feuilles, tiges, racines et fruits.

Seuls quelques oiseaux (pigeons, tourterelles) peuvent manger les baies,

et participent ainsi, par leurs déjections à la multiplication de la plante.

Originaire du continent américain, elle a été introduite en France, pour son pouvoir colorant.

Ses fruits donnent une teinture violette utilisée pour les tissus, d'où son nom commun de "teinturier".

On s'en servait même (il y a longtemps), pour colorer les vins un peu pâles ...

***

Elle développe un système racinaire très important,

empêchant les plantes voisines de se développer, allant même jusqu'à les étouffer.

La facilité avec laquelle, elle se resème, lui permet de couvrir rapidement de grands espaces.

Sous le Raisin d'Amérique rien ne pousse.

Elle est classée plante invasive, par l'UICN

( Union Internationale pour la Conservation de la Nature)

Si, malgré tout, vous voulez en avoir une dans votre jardin, car sa vente n'est pas interdite,

il faut impérativement la planter dans un pot ou un bac, afin de limiter l'impact de ses grosses et nombreuses racines, sur les autres plantes.

Il faut aussi, régulièrement arracher toutes les nouvelles plantules, qui pourraient germer aux alentours.

Pensez toujours que la plante est toxique !

Attention aux enfants, aux chiens, aux chats ....

***

22/11/2011

Le cade

Il existe, en France, trois espèces de genévriers :

- Le genévrier commun (Juniperus communis) qui pousse en montagne sur terrains siliceux :

ses fruits, "les baies de genièvre", servent à parfumer la choucroute

et à faire une eau-de-vie : "le genièvre".

- Le genévrier de Phénicie (Juniperus phoenicea) ou Sabine qui a des feuilles en écaille

comme les cyprés.

- Le cade (Juniperus oxycedrus).

Ces deux derniers poussent en garrigue.

***

Le plus courant, chez nous, est le cade.

 Cade (Juniperus oxycedrus)

 

- Petit arbre méditerranéen (jusqu'à 2 m), persistant, très fréquent dans notre garrigue.

DSC00130.JPG

- Ses feuilles vertes, sont des aiguilles très piquantes.

 Elles portent sur leur face supérieure, deux bandes blanches caractéristiques.

(celles du genévrier commun, n'en ont qu'une)

 

DSC00169.JPG

DSC00152.JPG

- Ses fruits sont de petites baies, vertes d'abord, puis brun-rouge à maturité.

- Son bois est très dur, (difficile à couper, même avec une tronçonneuse).

- Imputrécible, il est utilisé dans la construction,

mais aussi dans l'art du bois, pour la beauté de ses nuances de couleurs.

 

DSC00161.JPG

- Grâce à sa forte odeur, il est souvent utilisé comme anti-mites.

Différents objets tournés peuvent être glissés au milieu du linge.

***

 

L'huile de cade

- Le bois de cade brûlé, produit des vapeurs, qui après refroidissement et condensation

donnent l'huile de cade.

La dernière distillerie française se trouve à Claret dans l'Hérault.

- Connue depuis l'Antiquité pour ses vertus désinfectantes et cicatrisantes, elle a été utilisée, tour à tour, pour la toilette des morts, contre la peste et le choléra,

contre le psoriasis et la gale, comme anti-poux...

Elle rentre d'ailleurs dans la composition (à très faible dose) de nombreuses pommades.

Malheureusement, comme beaucoup d'huiles essentielles, elle peut se révéler toxique en cas de surdosage ou d'utilisation incontrôlée.

Vous pouvez, sans risque, acheter des savons, des shampoings, des gels douche ...

 

Pour la petite histoire :

En 1907, un pharmacien français, invente une pommade à base d'huile de cade,

pour soigner l'eczéma.

Un homme d'affaires américain, directeur d'une entreprise de produits chimiques,

achète le produit. 

Guéri, il s'associe au pharmacien français, pour produire cette pommade à grande échelle.

L'élément actif étant l'huile de cade, ils décident d'appeler leur marque "Cadum".

Suivra toute une gamme de produits à l'huile de cade, dont le fameux savon Cadum, lancé par une grande publicité : 

Le "Bébé Cadum" était né.