Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/02/2012

Février : un jardin triste

 Après cette longue période de gel et de vent,

je suis allée dans mon jardin, faire un peu l'inventaire des dégâts.

 ***

Ce qui frappe tout de suite, c'est le grand nombre de feuilles et de brindilles

qui recouvrent le sol.

Tous les arbres et arbustes, pourtant persistants ont perdu la majorité de leurs feuilles.

Chênes et oliviers sont les plus touchés.

DSC00830.JPG

DSC00891.JPG

Ensuite, tous les arbustes qui étaient en pleine floraison ont eu leurs fleurs gelées,

 DSC00450.jpg  DSC00927.jpg

comme ce Mahonia en pleine floraison au mois de Janvier

et aujourd'hui avec hampe florale et feuilles gelées.

DSC00589.jpg  DSC00963.JPG

 Même chose pour les petits bulbes comme ces narcisses :

la première photo a été prise le 27 Janvier et la deuxième aujourd'hui.

DSC00951.JPG  DSC04568.JPG

Les feuilles des euphorbes se sont colorées en rouge vineux,

alors qu'elles sont habituellement vert glauque . 

DSC00856.jpg  DSC00859.JPG

Même les feuilles de certains cistes exposés au vent, se sont entortillées , puis ont séché.

DSC00932.JPG  Phlomis-fruticosa-3.jpg

Même chose pour ces Phlomis, pourtant plantes de garrigue.

DSC00956.JPG  DSC09260.JPG

Qui reconnaîtrait aujourd'hui, ma belle touffe de sauge

qui attire tant les papillons au printemps...

DSC00844.JPG  DSC08523.JPG

 ... ou mes scilles du Pérou, dont les feuilles sont devenues molles.

***

Mais ce qui frappe le plus, c'est qu'il n'y a plus d'oiseaux.

Jusqu'à la semaine dernière, nous avions des dizaines de rouges-gorges, de mésanges,

de merles noirs, de grives ...

Et puis, un matin, plus rien.

Il faut dire que la nuit avait été glaciale et que le Mistral avait soufflé en tempête.

Sont-ils partis s'abriter ailleurs ?

Sont-ils morts de froid ?

Le jardin est bien triste sans eux.

***

 

24/02/2012

Les actions du vent

Bonnes ou mauvaises ?

***

Selon la saison, selon sa force, il peut avoir des effets contraires.

Ex : tout le mois de Février, le Mistral a soufflé très fort, 

et a nettement fait baisser la température de l'air.

Mais l'été, quand il souffle un peu, il rafraîchit l'atmosphère,

et nous permet de mieux supporter les grosses chaleurs.

Il suffit d'aller à Nîmes, en plein mois d'Août, pour regretter l'air de Lédenon.

***

 Il augmente l'ampleur des vagues, créant quelquefois quelques dégâts, en bord de mer.

Mais, en agitant la surface de l'eau, il oxygène les océans,

favorisant ainsi la vie sous-marine.

 

DSC02334.JPG

***

Au Printemps, il propage les pollens. Gare aux allergies !

Mais, il disperse certaines graines (genre pissenlit) qui sont prévues pour voler.

Certaines ombellifères profitent aussi du vent, pour rouler et germer un peu plus loin.

 

DSC07094.JPG  Tragopogon-porrifolius-6.jpg

                             (Akène de Leuzée à cone)                                 (Pissenlit)

DSC01625.JPG

(Ombelle de graines de Férule)

***

Il sèche la végétation, favorisant les risques d'incendie.

Mais il aère et sèche l'atmosphère.

Un lieu non aéré devient humide, se charge en odeur, et est souvent envahi par les moisissures

ou autres microbes.

***

Il chasse les nuages qui en s'écrasant sur les montagnes froides,

se transforment en pluies indispensables à la végétation.

Chez nous, le Mistral dégage le ciel.

Il suffit de regarder la chaîne Météo, pour constater qu'on est souvent les seuls à avoir du soleil.

Il disperse la pollution.

***

Il déforme les arbres, en soufflant très fort, toujours dans la même direction.

 

EPSON001.JPG

(Photo prise en Californie)

***

Il est responsable de l'érosion de certains rochers ou falaises,

car il transporte de nombreuses petites particules de terre ou de roches qui,

en les frappant, usent les parois exposées.

 

DSC03259.JPG

Rochers sculptés par le vent-Kangaroo Island-Australie

DSC09674.JPG

Les sables se sont envolés sous l'action du vent, il ne reste plus que les roches dures.

Désert de Pinnacles-Australie

On estime ces formations rocheuses à environ 30 00O ans

***

Il brasse et nous apporte les chaleurs tropicales.

***

Quand il est violent, il gène les abeilles, les papillons, indispensables à la pollinisation.

Mais quand il y a du vent, il n'y a pas de moustiques.

***

Il gène aussi les petits oiseaux qui ont du mal à voler.

En secouant violemment les branches, il fait tomber les nids.

Mais les oiseaux migrateurs ont appris à se servir du vent.

Ils utilisent les  courants ascendants pour monter dans le ciel, et planer sans effort.

Les oies sont les championnes de ce système, pouvant monter jusqu'à 9000m.

***

Alors oui, le vent nous gène souvent, mais il est indispensable.

Et puis, sans lui, pas de linge qui sèche au soleil,

pas de moulins à vent, (encore en fonction en Grèce, en Espagne, aux Pays-Bas ...),

pas de cerfs-volants, pas de courses à la voile, de planche à voile et autres jeux du vent.

Pas non plus, de "fleur de sel", car le soleil ne suffit pas.

Pas non plus, de bulles de savons qui ont besoin d'un léger vent pour s'élever.

Et ça, ce serait vraiment dommage !

***


 

22/02/2012

D'où vient le vent ?

C'est la question que m'a posée Pat, une habituée du blog.

Je vais essayer d'y répondre de façon simple.

***

Le vent, c'est de l'air qui bouge.

Depuis l'Antiquité, les rois, reines ou empereurs,

avaient des serviteurs dont le travail était d'agiter des branches de palmiers,

au-dessus de leur tête pour rafraîchir l'atmosphère.

Plus tard les chinois ont inventé l'éventail, qui est devenu l'élément indispensable

à la cour des Rois de France et chez les belles andalouses.

***

Mais dans la nature, qui fait bouger l'air ?

Le grand responsable, c'est le Soleil .

Le rôle du Soleil est de chauffer la Terre.

Mais il ne chauffe pas toutes les zones du globe de la même façon :

zones équatoriales, zones polaires, mers, montagnes enneigées, présence de nuages ...

Une fois ces surfaces chauffées, elles diffusent leur chaleur dans l'air ambiant.

L'air chaud (zones équatoriales) se dilate, monte en occupant un plus grand volume.

L'air qui est resté froid (zones polaires ou montagnes),

va aussitôt essayer de lui prendre sa place...

Créant ainsi un premier déplacement d'air.

Pendant ce temps, l'air chaud, maintenant en altitude, va commencer à se refroidir.

Il va retomber petit à petit, remplaçant l'air froid, qui, devenu chaud,

va commencer à remonter...

Et ainsi de suite, créant des déplacements d'air en continu,

donc du vent.

Plus la différence de température est importante, plus la force du vent est grande.

Finalement, le vent est le résultat d'une petite guerre entre l'air chaud et l'air froid.

***

Faites-en l'expérience chez vous.

Votre maison est bien chauffée,

et soudain, quelqu'un ouvre la porte.

L'air chaud cherche à sortir,

l'air froid de dehors s'engouffre dans la pièce,

créant ainsi un "courant d'air".

***

Plus sérieusement, 

la force du vent dépend aussi de la pression atmosphérique,

ses grandes directions sont données par la rotation de la Terre,

et enfin, les frottements dûs aux sols (reliefs, forêts, océans),

modifient localement sa trajectoire.

***

Quant à notre Mistral,

dès que l'air de la Méditerranée est plus chaud que celui des terres,

celui-ci monte, et est remplacé par de l'air froid (même glacial), venant du Massif Central,

des Alpes (ou de Russie, comme cet hiver), s'engouffrant dans la Vallée du Rhône.

***

La violence et la régularité du vent, font que les arbres poussent quelquefois, penchés...

DSC09423C1.jpg

Courbés, mais pas cassés...

Et ils étaient nombreux dans cette région, à être déformés ainsi.

(Photo prise en Australie occidentale-Nord de Perth)

***