Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/11/2011

Le Marasme des Oréades

Non, ce n'est pas l'annonce d'une catastrophe !

Le Marasme des Oréades (Marasmius oreades),

est un petit champignon, aussi appelé : faux mousseron ou mousseron d'automne.

Son nom vient du grec "marasmos" qui signifie "dessèchement".

Le Marasme des Oréades, a, en effet, la particularité de sécher sans pourrir.

 DSC00072.JPG

Il sort après les premières pluies d'automne.

(J'en ai trouvé hier matin)

Il pousse dans l'herbe en petits groupes. 

DSC00075.JPG

Son chapeau (de 2 à 6 cm) est de couleur chamois clair.

D'abord, juste mamelonné au début,

il s'étalle ensuite en dessinant des vagues "comme une jupe dansante".

Le pied est mince, droit, très élastique.

Vous pouvez le torsader, il ne cassera pas.

DSC00077.JPG

DSC00079.JPG

Les lamelles de couleur chair, sont épaisses et espacées.

_________

Si vous en avez trouvé beaucoup, vous pouvez faire revenir les chapeaux dans du beurre

et les préparer en omelette.

Autre solution :

Enfiler les chapeaux sur un fil, comme pour faire un collier.

Suspendez le collier dans votre cuisine, les champignons vont sécher rapidement.

Vous pouvez compléter le collier au fur et à mesure de vos cueillettes.

Vous pourrez alors les intégrer dans une blanquette de veau ou toute autre viande en sauce.

_______

Bon appétit !

 

  

21/10/2011

Avis de recherche

 

Il y a déjà trois ans, un apiculteur de Fournès, nous avait avertis de l'arrivée sur le territoire français du frelon asiatique .

A cette époque, j'avais fait un article dans le bulletin de la Société de Protection de la Nature du Gard.

Mais ce frelon était arrivé en région Aquitaine, et cela semblait bien loin de nous...

Il y a deux ans, on l'avait aperçu dans les Pyrénées Orientales.

En 2011, son aire d'action va de la Bretagne au Gard, en passant par tout l'ouest de la France.

 

Capture d’écran 2011-10-21 à 07.48.45.png

(Carte diffusée par le Museum d'Histoire Naturelle)

___________

Qui est-il ?

Frelon asiatique (Vespa velutina)

- Il est grand, jusqu'à 3cm de long.

- Sa face est orange foncé.

- Le bout de ses pattes est jaune.

- Le thorax est noir

- Le dernier segment de son abdomen porte une large bande jaune orangé.

- Il construit son nid dans les arbres : celui-ci mesure 40 à 60 cm de diamètre.

- La colonie peut contenir jusqu'à 1800 frelons.

- Il se nourrit d'insectes.

__________

D'où vient-il ?

Probablement, importé accidentellement dans des poteries chinoises.

__________

Pourquoi est-il dangereux ?

- Il n'est pas plus agressif pour l'homme que les autres frelons.

- Mais il s'attaque aux abeilles pour qui il est un redoutable prédateur.

Une attaque de frelon sur une ruche, peut détruire 30% des abeilles.

- On connaît l'importance des abeilles pour l'homme : miel, mais surtout pollinisation d'un grand nombre d'espèces végétales.

 

D'où cette enquête lancée par l'ONEM

(Observatoire Naturaliste des Ecosystèmes Méditerranéens) 

 

Capture d’écran 2011-10-20 à 19.35.21.jpg

Capture d’écran 2011-10-20 à 19.35.58.jpg

Capture d’écran 2011-10-20 à 19.35.49.jpg

Capture d’écran 2011-10-20 à 19.35.36.jpg

 

Pourquoi lancer cette enquête maintenant ?

Pour comprendre, il faut connaître, un peu le cycle de vie du frelon.

- Au printemps, les reines construisent un nouveau nid et commencent à pondre.

(Une reine par nid et donc par colonie)

- L'activité de la colonie grandit tout l'été avec une plus forte intensité en Septembre/Octobre.

- Au bout d'une année de vie, la colonie disparaît : tous les individus meurent sauf les jeunes reines fécondées.

- Le nid est vide.

- Les jeunes reines vont chercher un endroit abrité pour passer l'hiver : vieux troncs d'arbres, mais aussi cheminées, garages... et ceci jusqu'aux premières chaleurs où elles fonderont, à leur tour, leur colonie.

 

L'observation est donc plus facile en automne :

- On peut trouver des jeunes reines dans sa maison.

- Les arbres ayant perdu leurs feuilles, on peut mieux apercevoir les nids.

 

Si vous en trouvez :

- Prenez des photos pour une identification certaine.

- Envoyez-les ainsi que vos observations (lieu,quantité...) 

à

vespavelutina@onem-france.org

 

19/08/2011

ça pique, ça gratte, ça accroche... La ronce

C'est le moment d'aller ramasser les mûres sauvages.

Pour cela, il vaut mieux avoir des gants de jardin, car les mûres poussent sur les ronces.

Et... ça pique, ça gratte, ça accroche! 

DSC07601.jpg

La ronce sauvage ( Rubus fruticosus)

 

Sa longue et vigoureuse tige est produite par une souche.

Ce n'est que l'année suivante, qu'elle produira des rameaux florifères et donc, des mûres.

 Elle est couverte d'aiguillons crochus.

DSC07644.JPG

DSC07642.JPG

Ses feuilles vert clair sur le dessus et grises au-dessous, se composent de cinq folioles, finement dentés.

Elles sont entièrement recouvertes de poils.

DSC05983.JPG

DSC05986.JPG

Ses fleurs roses ou blanches, regroupées en corymbe fleurissent au printemps.

DSC07609.JPG

Elles produisent des fruits, d'abord rouges puis noirs : ce sont les mûres.

DSC07604.JPG

Les oiseaux, friands de mûres, permettent la dissémination des graines.

Mais la ronce se reproduit aussi par marcottage.

Quand l'extrémité d'une tige touche le sol, elle s'enracine naturellement, donnant ainsi une nouvelle plante.

Cela forme des ronciers impénétrables.

___________________

Bon ramassage et bonnes confitures !