Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/07/2013

Juillet : ailleurs dans le monde, Lanzarote

 

Je ne peux pas vous parler de Lanzarote,

sans vous parler d'abord, de César Manrique.

***

César Manrique est né sur l'île de Lanzarote en 1919.

Il y grandit jusqu'à l'âge de l'Université.

Il s'inscrit à celle de San Cristobal de la Laguna sur Tenerife, 

où il suit des cours d'urbanisme.

Mais sa véritable passion c'est la peinture.

Voyages, Canaries

Il s'inscrit à l'Ecole des Beaux Arts de Madrid,

il en sortira avec une maîtrise de peinture et de dessins.

Parallèlement à ses études,

il fait quelques expositions.

Voyages, CanariesVoyages, CanariesVoyages, Canaries

Aquarelles, dessins, peintures, sculptures ...

Il sait tout faire ...

Voyages, Canaries

Voyages, Canaries

 ... Mais ce qu'il préfère, c'est peindre son île volcanique.

***

Nelson Rockefeller lui achète plusieurs toiles et l'invite aux Etats Unis, où il restera 5 ans.

Il devient célèbre.

***

En 1969, il revient aux Canaries ...

Cherchez l'erreur !

 

voyages,canaries

La photo du haut a été prise à Rio de Janeiro, en 2010,

la photo du bas, sur Tenerife en 2013.

Des favelas de pauvres et des favelas de touristes ...

A cette époque, l'Espagne  développe un tourisme de masse 

et bétonne toutes les plages et les collines environnantes.

***

César Manrique décide alors de s'installer à Lanzarote,

pour "sauver son île" et en faire "un des endroits les plus beaux du monde".

Il lui faudra beaucoup de courage, de ténacité et même un certain toupet,

pour convaincre les habitants et les élus, de ne pas céder à l'argent facile,

de conserver les paysages  (lave noire et maisons blanches),

 de mettre en valeur l'île, sans la détruire.

et surtout qu'il est possible de concilier "tourisme" et "respect de la Nature",

***

Pour convaincre, rien ne vaut un bon exemple !

Il décide de construire sa propre maison.

Il achète un champ de 30 ha de laves noires,

il y découvre des bulles volcaniques :

sa maison sera souterraine, chaque bulle abritera une pièce, reliée aux autres par des galeries.

voyages,canaries

La maison est ancrée sur la lave.

voyages,canaries

Des bulles volcaniques sortent des palmiers, des figuiers ...

voyages,canaries

voyages,canaries

Dans les bulles, au sous-sol, des coins repos sont aménagés.

voyages,canaries

La piscine est encastrée dans la lave.

voyages,canaries

Il dessine aussi le jardin, planté d'espèces adaptées au climat de Lanzarote.

voyages,canaries

 De la route, on distingue à peine la maison, 

tant elle est intégrée au paysage. 

voyages,canaries

Comme à son habitude, il crée aussi le mobilier, la décoration,

les poignées de portes, les luminaires ...

voyages,canaries

... le portail, 

voyages,canaries

et les immanquables mobiles, qui accompagneront tous ses aménagements futurs.

Il les appelle "les jouets du vent". 

voyages,canaries

Car la maison est belle, agréable à vivre, intégrée dans les rochers et les coulées de lave ...

A partir de ce moment, les élus sont convaincus,

et vont lui soumettre beaucoup de projets :

maisons, musées, caves, mises en valeur de paysages naturels, miradors, 

comme celui del Pamarejo, déjà vu sur La Gomera. (plans ci-dessous)

L'île lui doit d'avoir été classée par l'UNESCO,

"Réserve de biosphère" 

  

voyages,canaries

Artiste né, dessinateur infatigable, inventif,

ses créations donnent une idée de liberté, de facilité ...

Et pourtant, César Manrique sait ce qu'il veut :

gare aux maçons ou jardiniers qui ne suivraient pas exactement ses plans ...

à refaire !

***

Son parcours et sa façon de concevoir l'architecture,

 rappellent ceux d'Armand Pellier,

architecte nîmois, d'abord sculpteur, puis compagnon tailleur de pierres,

peintre et dessinateur, qui a parsemé ses villas dans la garrigue nîmoise.

Libre mais volontaire, jovial mais exigeant,

il avait su, comme César Manrique, s'entourer d'une petite équipe de maçons "à lui" ...

Il disait toujours :

"Je dessine, la technique doit suivre"

***

 

 

 

29/07/2013

Juillet : ailleurs dans le monde, la Gomera

 

Une journée sur l'île de La Gomera

*** 

Voyages,Canaries

Nous débarquons du ferry, à San Sebastian de la Gomera,

capitale et seule grande ville de l'île. 

Nous prenons d'abord, la route en lacets, du Sud-Ouest.

Voyages,Canaries

Cette partie de l'île est très aride :

euphorbes, grands chardons d'un beau bleu électrique ...

Voyages,CanariesVoyages,CanariesVoyages,Canaries

... et en contre-bas, quelques palmiers, des agaves et des figuiers de Barbarie.

 Voyages,Canaries

Mais le moindre espace est cultivé.

Voyages,Canaries

Les petits jardins en terrasses, sont accessibles par de minuscules escaliers.

voyages,canaries

Bientôt, nous arrivons au Mirador de Los Roques,

Voici la vue, du parking contre la route,

mais si vous voulez vous faire une frayeur,

empruntez le petit sentier qui mène au belvédère ...

Attention au vertige !!!

mais le spectacle est unique.

voyages,canaries

Cet énorme piton rocheux (dans le rond jaune, la route avec des voitures ...),

est souvent noyé dans la brume.

Nous rentrons dans le Parc National de Garajonay.

 voyages,canaries

Ce parc, classé UNESCO depuis 1986,

est couvert à 70 % par une immense forêt (4000 ha), appelée ici  "La Laurisilva" (Forêt de lauriers).

En réalité, il n'y a pas que des lauriers, mais plus de 400 espèces végétales recensées,

dont une cinquantaine endémiques.

voyages,canariesvoyages,canariesvoyages,canaries

Dans toutes les failles des rochers, on trouve des petites plantes grasses : les Aeonium

voyages,canaries

voyages,canaries

Aeonium gomerense

Espèce endémique de La Gomera

***

Nous prenons une route forestière qui nous mène au cœur du Parc.

voyages,canaries

Sources, petits ruisseaux et chaleur, enrobent les arbres de vapeur d'eau,

favorisant une végétation luxuriante, et créant ainsi une forêt proche de celle de l'ère tertiaire,

comme il n'en existe plus en Europe.

voyages,canaries

Chemins glissants, boue, humidité, la marche est épuisante.

Nous ne croiserons que deux autres promeneurs.

Bonnes chaussures et Kaway indispensables !

voyages,canariesvoyages,canaries

Mousses, lichens, brume, l'ambiance est fantomatique !!!

***

voyages,canaries

Quand nous revenons sur la route principale,

nous retrouvons des paysages arides, et le soleil...

voyages,canaries

Nous faisons un arrêt au "Mirador de Palmajero",

aménagé par César Manrique, architecte né à Lanzarote, dont je vous parlerai la prochaine fois.

Devant l'entrée, une rangée de "Palmiers des Canaries" (Phoenix canariensis),

symbôle des îles, planté en abondance dans toutes les entrées des villes françaises ...

voyages,canaries

 ... grandes  euphorbes cactus,

voyages,canaries

mais aussi petite sculpture signée César Manrique.

voyages,canariesvoyages,canaries

Un escalier nous mène au mirador.

L'abri terrasse, aménagé contre les rochers naturels, permet de voir le paysage ... 

voyages,canaries

... Et le mirador accroché dans le vide.

voyages,canaries

Du restaurant vitré, on peut voir tout le ravin de la "Valle Gran Rey"

jusqu'à la mer.

voyages,canaries

Plantations en terrasses de cannes à sucre, vignes, bananiers,

et petites maisons accrochées à la montagne ...

voyages,canaries

Nous resterons là une bonne heure, en sirotant nos jus de fruits frais.

voyages,canaries

Bien sûr nous descendrons la petite route en lacets,

pour voir le paysage de plus près ...

voyages,canaries

Nous quitterons à regret, cet endroit magique, car le dernier bateau nous attend.

La route du Nord, très belle aussi,

serpente dans des défilés de hauts rochers, des tunnels,

 et des plages en contre-bas.

voyages,canaries

Encore quelques rochers, couverts d'Euphorbes des Canaries (Euphorbia canariensis),

avant d'arriver au port.

voyages,canaries

Notre ferry arrive ...

voyages,canariesvoyages,canaries

Au revoir La Gomera ...

voyages,canaries

Bonjour "le Pico del Teide", à la nuit tombée ...

***

A bientôt sur une autre île ...

26/07/2013

Juillet : ailleurs dans le monde, Tenerife (suite)

 

Voilà notre deuxième grande balade sur Tenerife

 

Voyages,canaries

D'abord, nous reprendrons la route, de notre hôtel au téléphérique,

cette fois, sans se presser ...

***

Nous traversons d'abord, une immense forêt de Pins des Canaries.

Voyages,canaries

Arrêt au Grand Pin.

Voyages,canaries

Un touriste anonyme pose pour nous.

Voyages,canaries

Belle écorce, mais qui n'égale pas

celle des arbousiers des Canaries (Arbutus canariensis),

espèce rare et protégée.

voyages,canaries

Feuilles longues et lancéolées, fleurs rosées, fruits oranges,

écorce rougeâtre, qui tombe au printemps,

laissant apparaître la nouvelle, vert tendre,

cet arbousier est vraiment très décoratif.

voyages,canaries

***

Quand la route rentre dans la caldeira, 

le paysage change ...

voyages,canaries

Désert, laves rouges, rochers ...

Nous sommes sous le volcan.

voyages,canaries

Nous arrivons au lieu-dit : les Rocs

voyages,canariesvoyages,canariesvoyages,canaries

Il faut bien trois bonnes heures, pour parcourir tous les chemins autour :

points de vues, mais aussi faune et flore ... émerveillement garanti !

voyages,canaries

Nous laissons de côté "le Pic du Teide", déjà escaladé,

pour prendre la route vers la côte du nord.

voyages,canaries

Le long de la route beaucoup de cistes :

Cistus symphytifolius, à fleurs roses, endémique des Canaries,

mais aussi le Ciste de Montpellier (Cistus monspeliensis) ...

que je ne pensais pas trouver ici.

***

Arrivée à "La Orotava"

voyages,canaries

Encore une ville classée UNESCO,

pour ses vieux bâtiments entièrement conservés et restaurés.

voyages,canaries

A "La Orotava", les rues sont en pente ...

voyages,canariesvoyages,canariesvoyages,canariesvoyages,canaries

Il faut faire un arrêt à "La Casa de los Balcones",

pour ses balcons, bien sûr,

mais aussi, pour ses expositions de l'artisanat local.

voyages,canaries

Ici, un échantillonage de dentelles, produites dans leur atelier.

voyages,canaries

 ***

C'est aussi dans cette région, qu'on trouve le plus de Dragonniers.

Le Dragonnier des Canaries (Dracaena draco), ressemble au début de sa vie,

à un petit palmier.

Et pourtant, il appartient à la famille des Liliacées ...

On l'appelle aussi Sang-Dragon, à cause de sa sève rouge, 

employée comme colorant mais aussi en médecine populaire.

(D'autres arbres sont aussi appelés "Sang-Dragon)

voyages,canaries

Un jeune à écorce lisse, juste striée

voyages,canaries

Plus agé, des ramifications boudinées apparaissent .

voyages,canaries

L'écorce du tronc, commence à se boursoufler.

voyages,canaries

Et voici, le fameux Dragonnier millénaire !

voyages,canaries

20 m de haut, 10 m de diamètre, son âge est estimé entre 1000 et 2000 ans.

***

Nous voulons aller jusqu'au phare du massif du Teno,

pointe ouest de l'île.

voyages,canaries

La route est interdite, les jours de pluie...

Le reste du temps "Vous l'empruntez à vos risques et périls"...

voyages,canaries

Arrivée au Phare del Teno, après une route aux paysages époustouflants.

voyages,canariesvoyages,canaries

Mer bleue, rochers rouges, euphorbes candélabres vert anis,

un beau coin pour une retraite paisible !!!

voyages,canaries

Nous repartons sur la route "à vos risques et périls",

pour redescendre sur la plage par la route de Masca.

voyages,canariesvoyages,canaries

Quelque part entre le ciel et la mer !!!

 voyages,canaries

Un dernier regard au Pic du Teide ...

Tenerife, c'est fini,

à bientôt sur une autre île ...

***