Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/04/2012

Une bestiole de Mai

Si vous êtes des habitués des mots croisés,

vous trouvez souvent cette définition :

"bestiole en 4 lettres".

Ne cherchez plus, c'est "iule".

L'Iule fétide (Callipus foetidissimus)

 

DSC01797.JPG

DSC01799.JPG

DSC01801.JPG

Proche des mille-pattes (chaque segment porte deux paires de pattes),

ce myriapode à corps cylindrique, mesure 5 à 6 cm.

DSC01809.JPG

DSC01810.JPG

Sur cette photo, on aperçoit bien les nombreuses pattes (jusqu'à 200).

Il se nourrit de débris de végétaux, de feuilles mortes, ou de vieux fruits.

C'est un animal inoffensif pour l'homme.

mais quand il est dérangé, il se tortille et se met en boule,

en dégageant une forte odeur désagréable, d'où son nom commun de "Iule fétide".

***

 

28/04/2012

Avril : ailleurs dans le monde...

 

Avril au Sultanat d'Oman

*** 

Capture d’écran 2012-04-07 à 09.13.53.jpg

Oman  est un pays du Moyen-Orient, situé au sud de la Péninsule d'Arabie.

Les pays frontaliers sont le Yémen, au Sud-Ouest,

l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis , au Nord.

Le reste est bordé par la Mer d'Arabie, au Sud et Sud-Est,

et par le golfe d'Oman, à l'Est.

Le pays a du pétrole (un peu !), mais beaucoup de gaz.

***

  Bien avant le pétrole et le gaz, la première richesse d'Oman a été l'encens..

Des prêtres égyptiens, aux grecs, aux romains, en passant par les Rois Mages, tous l'utilisaient.

Nulle prière, nulle fête, sans brûleur à encens.

***

L'arbre à encens (Boswellia sacra),

petit arbre malingre, rabougri et torturé ne pousse que dans le désert du Dhofar,

et nulle part ailleurs dans le monde.

L'arbre a besoin de souffrir :

beaucoup de soleil, du vent, très peu d'eau, et les cailloux du désert.

DSC04777.JPG DSC05875.JPG  DSC04767.JPGDSC04770.JPG  DSC05876.JPG

Dès l'âge de trois ans, son écorce est entaillée.

Elle libère alors une résine blanche, qui doit sécher sur l'arbre 14 jours.

Elle se transforme petit à petit en cristaux blancs.

Aussitôt récoltés, on entaille à nouveau l'arbre,

et ceci du mois de Mars à la période de la mousson (Juin/Juillet).

Un arbre peut supporter jusqu'à trente entailles.

On le laisse ensuite se reposer deux ans.

Il produit de 10 à 20Kg de cristaux par saison.

DSC06488.JPG

 A cette époque, Oman envoyait plus de 3000 tonnes d'encens

vers les pays de la Méditerranée et de l'Océan Indien.

Il était acheminé par des caravanes de dromadaires,

à travers le Désert d'Arabie jusqu'au port de Gaza,

puis par bateaux vers l'Egypte, l'Empire romain, la Grèce et la Perse.

Jamais les Omanais n'ont révélé l'origine de l'encens.

Ses cristaux étaient entourés de mystère,

et ils étaient devenus un des produits les plus recherchés du monde antique,

avec une valeur plus forte que celle de l'or.

Il y eut aussi une route maritime, en passant par la Mer Rouge,

et une autre en traversant l'Océan Indien, pour aller jusqu'en Inde.

Ce commerce a prospéré jusqu'au IIème siècle de notre ére,

et a servi à d'autres échanges commerciaux :

 bois rares, épices, soies, or ...

***

L'autre richesse du Sultanat d'Oman, c'est la mer ... 

DSC06036.JPG

Pêche, commerce, chantiers de construction de boutres, (les Dhows)

toutes les activités de la région de Sour étaient tournées vers la mer.

La région connut une grande prospérité jusqu'au XIXème siècle,

le commerce s'étant étendu jusqu'en Afrique, par l'île de Zanzibar,

et ceci jusqu'à l'arrivée des bateaux à vapeur.

Aujourd'hui, les chantiers existent toujours,

 DSC01298.JPGDSC04920.jpg  DSC04918.jpg

mais ils font surtout des réparations,

DSC04909.JPG

ou des commandes pour des particuliers fortunés.

DSC04933.JPGDSC07439.JPG

***

Les paysages du Sultanat d'Oman sont très variés :

plages immenses, déserts parsemés d'oasis, chaînes de montagne jusqu'à 3000m ...

Cela a conduit le Sultan, craignant la fin du pétrole, à développer le secteur du tourisme.

***

Mais voilà, ici, on n'est pas à Dubaï !!!

Développer le tourisme : oui,

mais sans gâcher l'authenticité du pays.

Les décisions ont été prises dans le bon ordre :

 D'abord, faire un point zéro :

-  Inventorier  tout ce qu'il y a à protéger (paysages, faune, flore,)

ou à restaurer (vieux forts, ports enlisés)

- Préserver le mode de vie des habitants.

Une fois cette étude réalisée,

- le Sultan va créer des réserves naturelles,

- commencer des programmes de fouilles pour retrouver le port de Salalah,

- contacter l'UNESCO pour la restauration des forts.

Capture d’écran 2012-04-05 à 19.48.33.jpg

Les grandes routes seront dessinées en évitant les réserves, et le patrimoine construit.

***

Quelques paysages 

  

DSC01367.JPGDSC06346.JPG  DSC06284.JPGDSC05950.JPGDSC06266.JPG  DSC01261.JPGDSC05556.JPGDSC05577.JPG  DSC05621_1.JPGDSC06914.JPG  DSC05056.JPGDSC05525.JPG DSC07005.JPG  DSC05932.JPGDSC05454.JPG

 

*** 

Les portes d'Oman

Qu'elles soient des entrées de forts ou de maisons de particuliers,

elles sont toutes sculptées, gravées,

souvent travaillées par le propriètaire,

fier de vous l'ouvrir pour mieux vous la montrer.

L'accueil est toujours chaleureux.

.DSC06091.JPG  DSC06827---Version-2.jpgDSC04948-2.jpg  DSC05656_1.JPGDSC05708.JPG  DSC05711-2.jpgDSC04742.jpg  DSC05704.JPG

 

***

Bien que la majorité du pays soit ou désertique ou montagneux,

l'agriculture tient une grande place.

D'abord, par la production de dattes.

60% des terres cultivables sont des palmeraies.

DSC05126.JPGDSC06614.JPG  DSC04837.JPG

Ensuite par la production de roses (Rose de Damas) :

- en boutons séchés, pour les infusions, 

- pour la production d'Eau de Rose,

- pour la parfumerie.

DSC07162.JPG DSC05489.JPG  DSC05497.JPG

Le reste de la terre cultivable est à usage familial :

légumes, arbres fruitiers, céréales, épices sont produits suffisamment pour nourrir le pays.

DSC06824.JPG  DSC04856.JPG

 tout cela grâce à une intelligente gestion du sol et de l'eau.

DSC05513.JPGDSC07175.JPG  DSC05473.JPG

Comme dans nos Cévennes ou en Provence,

toutes les montagnes sont cultivées en terrasses,

chaque étage est divisé en parcelles.

Aucun espace n'est perdu.

***

Pour la gestion de l'eau, c'est un autre problème !

Les Omanais ont inventé un système d'irrigation

qui, non seulement, permet un partage équitable de l'eau,

mais évite surtout son gaspillage.

La chance d'Oman, c'est d'avoir des sources et des trous d'eau.

Le système d'irrigation (le "falaj") est simple :

canaliser l'eau et la conduire par gravité, souvent sur des kilomètres,

pour alimenter maisons et jardins.

Des fouilles archéologiques récentes permettent de penser

que ces systèmes d'irrigation existaient déjà en 2500 AV. J-C.

L'originalité réside dans la façon de partager l'eau.

Chaque village avait son "falaj" (qui en arabe veut dire "diviser en parts").

Les gens du village désignaient "le chef du falaj".

Tous les matins, après une visite minutieuse des parcelles, ce "Maître de l'eau",

choisissait celles qui avaient besoin d'être arrosées.

Il n'y avait pas de contestation possible !

On estime à 3000 le nombre de ces réseaux d'irrigation qui fonctionnent encore de nos jours.

 

L'eau circule partout depuis les sommets où se trouvent les sources,

jusqu'aux palmeraies dans les vallées, en passant par tous les jardins en terrasse. 

DSC05526.jpg  DSC05537.JPG DSC06006.JPG  DSC06674.JPGDSC05996.JPG  DSC06651.JPGDSC05387.jpg  DSC05357.JPG

 Le "falaj" est toujours entretenu, même dans les villages abandonnés.

Cinq "falaj" parmi les plus anciens, ont été inscrits, en 2006,

au Patrimoine Mondial de L'UNESCO.

***

Le tourisme

Qui dit "tourisme" dit "hôtels".

Ici, pas de grande tour, les hôtels encore peu nombreux,

se font discrets soit dans des criques en bord de mer,

soit contre la plage, noyés dans la verdure.

Leur luxe, c'est l'espace !

 

DSC02280.JPG

Des petites maisons cachées sous les palmiers,

DSC01667.JPG  DSC02445.JPG

Des herbes folles pour stabiliser les dunes, jusqu'à la mer,

DSC01694.JPG

Des espaces de détente ... 

DSC07431.JPG

On est bien !

Faites de beaux rêves ...

***

 

 

26/04/2012

Surprenante fleur ...

Avez-vous trouvé ?

DSC01545.JPG  DSC04833.JPGDSC01544.JPG  Tragopogon-porrifolius-1.jpg

- Des fleurs (en réalité, un grand nombre de fleurs serrées les unes contre les autres)

- qui ressemblent un peu au pissenlit,

- mais d'un rose pourpre vif,

- une couronne de bractées soudées plus longues que le capitule floral,

DSC01556.jpg  DSC01555.jpg 

Tragopogon-porrifolius-7.jpg

- Des fruits surmontés d'aigrettes plumeuses, prêtes à s'envoler au moindre souffle de vent...

Déjà, on est sûr que cette plante appartient à la

famille des composées (comme le pissenlit).

DSC01567.JPG  DSC01563.JPG

Les feuilles, nombreuses, sont entières très fines à bordures ondulées. 

 La racine pivotante, laisse écouler un peu de latex à la coupe.

DSC01559.JPG

Cela ne vous rappelle rien ?

Il s'agit du Salsifis du Midi (Tragopogon porrifolius subsp australis).

C'est la forme sauvage du salsifis cultivé,

que l'on trouve à l'état sauvage dans la région méditerranéenne,

et en particulier dans les garrigues de Lédenon.

On peut manger les feuilles (en salade),

et les racines, comme les salsifis du jardin.

Les photos ci-dessus prises cette semaine, montrent des racines jeunes,

qui normalement doivent grossir jusqu'à l'automne.

Bien sûr, elles seront moins grosses que celles des jardins,

elles poussent dans une terre dure et caillouteuse,

et n'ont jamais d'arrosage.

Mais c'est (presque) la même plante !!!

***